mercredi 14 juin 2017

LA DÉMOCRATIE MORIBONDE(1)




Ce n'est plus un dérapage

Publié le 13 Juin 2017

Comment oser dire cela ?
Résultat de recherche d'images pour "trahison"
" A titre strictement personnel les 3 élus communistes et républicains d'Evry ont décidé d'apporter leur soutien à la candidature de Manuel Valls au deuxième tour. "Opposés à la politique libérale du précédent et actuel gouvernement nous pensons néanmoins que Dimanche voter pour Manuel Valls c'est la garantie d'avoir un député sérieux et efficace pour les habitants de notre circonscription".
Quand il ne reste plus que ça ...  
On hésite entre mépris et envie de....
Canaille ! on se calme !
Surtout quand on sait qu'un des trois fut cheminot exerçant des responsabilités syndicales.
Un chose est sûre ce n'est pas lui qui a défendu le mieux le triage de Juvisy.
Profondeur de l'argumentation des gourmands du strapontin , cela vaut le coup. 
 Nous ne partageons pas le programme libéral proposé par E Macron.
Mais en tant que Maire, en tant que député Manuel Valls a toujours montré son sérieux et sa compétence qu'il a mis au service des habitants de notre ville et de notre circonscription. Il a toujours été très respectueux du travail des élus communistes dans notre ville et n'a jamais porté la moindre insulte aux communistes, à leurs élus, à notre secrétaire national...
Pas certain avec ce monument de bassesse qu'il se présente à sa prochaine réunion de son syndicat de retraité...s'il est toujours syndiqué


(1) Note de Pedrito:
La faute aux autres? Ce serait trop facile, certains militants de gauche, par leurs comportements indignes, ont perdu la boussole, comment les citoyens pourraient-ils eux-mêmes se retrouver dans cette foire à la lutte des places?

Comment s'étonner que, compte tenu des 51,3 % d'abstentions, ajoutés aux non inscrits de plus en plus nombreux, -au moins 4 ou 5 % de Français,- on parvienne au score faramineux de 44% de Français qui se sont déplacés? 
Partout, au détour d'un échange, d'une discussion impromptue, on ne rencontre que citoyens écœurés, désabusés, découragés. Restent les suceurs bêlants des petits chefaillons des partis, et qui espèrent toujours une place, un coup de piston, pour la fille ou l'épouse, certes des "militants" couchés de moins en moins nombreux à croire au miracle, malgré leur servilité qui confine pour certains à la prostitution.
Macron représente environ 17% des Français, et ses candidats sélectionnés par le nouveau messie de la finance, parce que jeunes et novices, bobos politiquement incultes,  qui s'apprêtent à constituer une chambre introuvable, vont donc représenter 15% des Français!
Une catastrophe au pays des lumières et de la Révolution !!
Pas de quoi pour ces mal élus crier victoire: le réveil sera douloureux!
Elle n'est pas malade, notre démocratie, elles est moribonde. 
Le grand foutoir!!!! 
Comment s'en relèvera-t-on, si ce n'est dans la rue?
Toujours pas par les urnes: la preuve par cette descente aux enfers de la démagogie! 

vendredi 9 juin 2017

L'INFO QUE PAR NATURE LE LARBIN PUJADAS IGNORAIT






Front Syndical de Classe
Attelés à assurer la promotion de la CFDT pour mieux tenir en laisse les salariés "nos grands" médias se gardent bien de diffuser ce genre de nouvelles :

la CGT-RTM redevient la 1ère organisation syndicale
Les élections professionnelles du 30 mai dans le réseau de transports urbains de la métropole de Marseille viennent de se dérouler.
Avec une représentativité de 41,42% dans l’entreprise, la CGT redevient la 1èreorganisation syndicale en prenant 9 points (32,43% par rapport au précédent exercice).
La CFDT passe 2ème organisation de 36,6% à 29,64% et perd 7 points.

Les salariés avec un taux de participation de 76% à ces élections professionnelles ont manifesté leur confiance au travail accompli par les élus mandatés et militants de la cgt durant ces 3 dernières années.
Alors que les médias ne cessent de marteler que la CGT est en perte de vitesse, cet exemple démontre que le syndicalisme de lutte prônée par la CGT répond aux aspirations des salariés.
   

jeudi 8 juin 2017

CAPITALISME, HOMOPHOBIE: LES DÉLITS EN LIBERTÉ!!


TPMP, "morale" de l'histoire
Publié le 8 Juin 2017
Canaille le Rouge

L'animateur homophobe
bas de plafond
 ayant encore sévi
le CSA soulève une paupière.


TPMP, "morale" de l'histoire
Qu'il y ait sanction est une bonne chose .
Le problème c'est ce que sa nature révèle du fonctionnement de la société.
Un chauffeur de car qui ne  respecte pas le code de la route, c'est la porte.
Un abruti porteur des idées les plus répugnantes, sans autres problème que d'économiser son carburant, est laissé par son employeur (complice) pour continuer de rouler sur les talus à contre sens et griller les feux rouges.
Pas d'obligation de changer d'animateur, pas de sanction disciplinaire contre celui-ci ni l'employeur. 
Pas de suspension de la diffusion à l'équivalence de la fermeture administrative d'un établissement commercial convaincu de pratiques délictuelles,.
Pas d'amende pour récidive ni même de condamnation avec sursis pour actes illégaux (l'homophobie est un délit en droit français).
Non on suspend de perception des recettes de pub (au passage en disculpant les annonceurs qui jouent sur l'attirance putride de l'émission pour tenter de s'attacher de la clientèle).
Une émission révélatrice de l'état de déliquescence des repères moraux collectifs au nom d'une liberté qui existe d'autant plus pour ce type de denrée idéologique de consommation forcée qu'elle n'existe pas pour ceux à qui elle tente de s'adresser pour les formater.
Une sanction uniquement monétaire et par la bande.
L'état d'urgence, c'est pour les manifs ouvrières. Mais pour Bolloré et ses remugles, on laisse diffuser et on interdit pas.
La liberté d'expression emprunte des chemins exotiques.
Un peu comme une amende pour proxénétisme aggravé en ne fermant ni ne saisissant pas la maison de passe.
Une magnifique illustration de la nature profonde du capital.

mercredi 7 juin 2017

MINORITÉ MASSIVE EN MACRONIE

Vote des Français de l'étranger

Publié le 6 Juin 2017

Pensée du jour 
Vote des Français de l'étranger
Il y a donc parmi les votants (20% des inscrits) une mobilisation massive pour voir casser des textes de lois de notre droit social qui ne les concernent pas.
Comme si on demandait à un fermier beauceron de définir les modalités de la culture de la canne à sucre en Martinique, ou à la compagnie des guides de Chamonix de définir les quota de pêche à la Réunion. 
Mais là, cela parait normal.
La majorité de nos concitoyens expatriés, dont un nombre conséquent pour des raisons fiscales, plébiscite les casseurs d'un code du travail qui ne leur est pas applicable.
Une forte minorité, expatriée avant tout pour des raisons fiscales, vote pour des candidats qui trouvent que les casseurs ne vont pas assez vite et loin.
Mais la lutte de classe n'existe pas et la mondialisation capitaliste non plus


Blog Canaille le Rouge

jeudi 18 mai 2017

L'ÉQUIPE IMMACULÉE DE M. PROPRE



Résultat de recherche d'images pour "Areva images"



Emmanuel Macron (M. Propre), Edouard Philippe (tout nouveau, tout neuf et immaculé) et Areva.
Demain sans doute nous aurons à parler ici du nouveau Premier ministre, de sa fortune, de ses déclarations de patrimoine, de ses votes de député à l’Assemblée nationale et d’autres choses encore qui feront ricaner (ou pleurer de dépit) François Fillon qui s’est trouvé bien seul pendant la grande lessive vertueuse qui a fait un président qui n’est pas lui.
LGS.
L’Observatoire du nucléaire dénonce la nomination au poste de premier ministre d’Edouard Philippe qui n’est en rien le personnage "modéré" que la communication macronienne tente de mettre en scène. Bien au contraire, Edouard Philippe a les mains très sales, ou plutôt… radioactives. En effet, lorsqu’il travaillait pour la multinationale atomique Areva, il a participé à de sombres manœuvres dans les coulisses uranifères de la Françafrique.
.
En octobre 2007, Edouard Philippe est nommé directeur de la communication et directeur des affaires publiques d’Areva. Son activité principale est alors de s’assurer de la collaboration de parlementaires acquis au lobby de l’atome. Il est ainsi en contact rapprochés avec Marc Vampa, député de l’Eure et président du groupe d’amitié France-Niger à l’Assemblée Nationale (Charlie Hebdo, 29 avril 2009).
C’est précisément pendant cette période, le 13 janvier 2008, qu’un accord est signé entre Areva et le pouvoir du Niger concernant l’exploitation de l’uranium, accord immédiatement contesté par le Mouvement des Nigériens pour la justice, mouvement touareg en rébellion contre le pouvoir central de Niamey (AFP, 17 janvier 2008).
En effet, les maigres revenus de l’uranium, largement sous payé depuis des décennies par Areva, ne bénéficient en rien à la population, et encore moins aux Touaregs, alors que les mines d’uranium sont situées dans leurs zones traditionnelles de vie.
Il est donc logique de considérer que les manoeuvres en coulisse d’Edouard Philippe ne sont pas étrangères aux graves troubles qui ont eu lieu par la suite dans la zone sahélienne (Niger/Mali) et dans le fait que, poussés par la misère, des groupes Touaregs aient fini par s’allier à des mouvements djihadistes.
Mais, surtout, il est légitime de se demander pour qui agit Edouard Philippe lorsqu’il est en charge des affaires publiques, que ce soit auparavant comme maire du Havre et désormais comme premier ministre.
Une première réponse est apportée par le fait que, à peine assis dans le fauteuil de maire du Havre (aimablement offert par son prédécesseur qui a démissionné en cours de mandat !), Edouard Philippe a offert un pont d’or… à son ancien employeur Areva, pour qu’il installe deux usines d’éoliennes off-shore, projet finalement abandonné piteusement en septembre 2016 : il serait intéressant d’enquêter pour voir ce que la sympathie d’Edouard Philippe pour Areva a finalement coûté aux citoyens-contribuables…
On notera d’ailleurs que, de 2007 à 2010, Edouard Philippe a cumulé sans état d’âme son poste chez Areva et son mandat d’adjoint au maire du Havre mais, aussi, que la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) lui a infligé un blâme pour avoir refusé de fournir des informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi.
URL de cet article 31887